Manifestations

Agenda

Mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Rechercher

Partenaires

Agglo Provence verte

 logo pays de la provence verte

 logo cd83

logo PACA

logo pnrsb

 LOGO SIVEDNG


Patrimoine

La villa Marius

A l’époque Gallo-Romaine nous trouvions sur ce territoire 5 à 6 villas gallo-romaines (Lamanon, les Aires, la Frise, les Molières, les Chaberts et le Grand Loou)

Sous le règne de César, en 46 Avant J.C. un légionnaire romain se voit attribuer pour bon et loyaux services dans l’armée comme compensation un domaine :  celui du  Laou.
C’est cette dernière, la villa du Laou Sambuc qui fut entièrement fouillée entre 1978 et 1983  avec l’autorisation de son propriétaire Marius Baudino.

C’est un ensemble de bâtiments de 5000 m2 qui constituait le centre d’exploitation d’un grand domaine agricole.

La Villa Rustica  comprenait :

  • Deux celliers
  • Un fouloir, cuve
  • Un pressoir
  • Cour, bassin, cases à esclaves, habitation du maître...

La Villa Urbana  comprenait :

  • Les thermes avec baignoires
  • Les Latrines
  • Le Péristyle (galerie fermée par des colonnes entourant le jardin)
  • L’Atrium qui était une salle de réception
  • Le Triclinium était la salle à manger
  • Le Cubiculi  endroit où l’on dort
  • Le jardin d’agrément

Villa-Marius-01 Villa-Marius-05

Dans ce grand domaine agricole, on y cultivait déjà, l’olivier, les légumineuses et la vigne (un cépage nommé Syrah importé par les Romains en provenance de Syracuse est toujours à l’honneur dans la vinification)
Pour la construction les Romains avaient des fours à chaux qui furent en service jusqu’à l’aube du 19 ème siècle.


Ces  vestiges représentent une image de la société de l’époque
Les aménagements  qui constituaient le centre d’exploitation
de ce grand domaine agricole  illustrent les relations sociales
de cette période .A l’occasion des fouilles de la Villa du Loou, on avait découvert une vingtaine de tombes environ datant  du 3 ème siècle.

Une tombe est mise à jour en 1997 au Sud du village, il s’agit d’une inhumation sous coffre du 3ème siècle,  un sujet féminin avec  gourde et pot en terre cuite datant de la fin du 3ème siècle, début 4 ème . Vous pouvez rendre visite à cette Dame du 3ème siècle à la Cave Coopérative « LA ROQUIERE », entrée Sud du village.

Une visite à  « l’Office Antique » de notre village s’impose :
« L’Archéo Poterie » sur la déviation , à l’intersection de la route de Mazaugues
antique

Les Oratoires

Vous découvrirez ces symboles de la foi populaire au long du chemin qui mène du village à la chapelle Notre Dame d'Inspiration.

Le premier, l'oratoire de la Sainte-Croix, est curieusement encastré dans le mur d'une maison. Puis ce sont sept oratoires de construction identiques qui marquent la voie que suivent les pèlerins lors des processions.

L'oratoire de la Médaille Miraculeuse et l'oratoire consacré à Notre-Dame de Lourdes se trouve sur le Chemin de la Chapelle, maintenant goudronné.

L'oratoire du Sacré-cœur marque le début de la calade médiévale. A partir de là, le sentier grossièrement pavé grimpe à travers chênes verts, pins d'Aleps et genêts.

L'oratoire Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus contient deux pots remplis de cailloux. La croyance populaire veut qu'en jetant des pierres dans les niches vides on conjure le mauvais sort. De leur côté, les fiancés sont persuadés de pouvoir se marier dans l'année si, de trois pierres lancées, l'une demeure dans la niche.

L'oratoire Sainte Madeleine et Saint Jean contient une image de la sainte sur carreau émaillé.

L'oratoire Notre-Dame d'Inspiration se trouve un peu à l'écart du chemin.

Le dernier, juste avant d'atteindre la chapelle, est; comme celui qui est au pied de la colline, consacré au Sacré-Coeur. La niche contient une image.

Hameau des Molières

Image

A l'est du village, dominant la plaine, vous découvrirez un hameau restauré, le hameau des Molières.

Lorsque les habitants de l'oppidum de PEYBOULON abandonnèrent ce site escarpé situé près des lacs, ils choisirent de s'installer plus près du castrum, sur une petite éminence exposée vers le sud, où coulaient plusieurs sources. Cette situation en faisait et fait encore un des plus agréables quartiers de notre village.

Les Molleras, les Moullières, les Molières, l'orthographe s'est modifiée. Qui aujourd'hui se souvient qu'à l'origine il s'agissait d'un mot signifiant "terre arrosée, irriguée, molle" ?

Vers 1022, cette terre fut donnée en apanage aux moines de Saint Victor, de Marseille.

Le 16 août 1668 l'archevêque d'Aix en Provence permit l'érection d'une chapelle.

Le 25 août 1691 Jean REYMONENQ, prêtre de la Roquebrussanne, la consacra et la mit sous la protection de Saint Louis, roi de France.

En 1722, lors de l'épidémie de peste qui ravagea le village, faisant 236 victimes, les habitant du hameau des Molières ne furent pas touchés. Certains y virent une intervention de Saint Louis...

Au dix-huitième siècle, le hameau était en pleine prospérité et avait un service dominical régulier pour la célébration de la messe. Mais des bruits inexpliqués inquiétèrent les habitants qui, peu à peu, désertèrent le lieu.

Au début du vingtième siècle, le hameau était à son tour presque abandonné, mais la Procession de Saint Louis, a perduré.

Entre 1960 et 1970 une association, Lou Cepoun Roquier, a pris en charge la restauration de la chapelle.

Une messe y est célébrée le 25 août de chaque année (costumes traditionnels et chants en provençal).

Ce hameau à été entièrement restauré et est aujourd'hui un lieu de promenade très apprécié.

Les-Molieres-02Les-Molieres-03

Notre dame d'Inspiration

Image Au XIII ème siècle, au sommet de la colline où se trouvait le château seigneurial se dressait l'église Sainte Marie  qui fut la paroisse de la Roquebrussanne jusqu'en 1430.

Aujourd'hui la chapelle  entourée de vestiges de l'ancien château  détruit en 1707 lors de l'incursion du duc de Savoie, ermitage jusqu'en 2001, date du décès du dernier ermite, elle reste un lieu de pèlerinage.

C'est aussi une des promenades favorites des Roquiers et des touristes car, de l'esplanade, on découvre une vue magnifique sur la plaine de l'Issole.

L'amphithéâtre dont les marches permettent d'atteindre le sommet de la colline ne date pas, comme le pensent certains, de l'époque romaine, mais est l'ouvrage de l'ermite BORMES, qui le construisit au XVIIIè siècle en utilisant les pierres de l'ancien château.

Image L'unique vaisseau de Notre-Dame, orienté vers le village, mesure 35 mètres de longueur sur 5 mètres de largeur et 6,50 mètres de hauteur.

L'abside, en cul de four avec meurtrière, est en retrait sur le corps de l'édifice.

Le long des murs latéraux et à la naissance de la voûte, à plein cintre, court une moulure, genre doucine.

Quatre petites baies, dont trois ont des vitraux colorés, laissent parcimonieusement entrer la lumière.

Elle a fait l'objet de plusieurs agrandissements au cours des siècles, par exemple en 1601, quand fut prise la décision d'exhausser l'ancienne voûte en berceau.

Image Ce sanctuaire doit son parfait état de conservation à la profonde vénération que garde la population envers la statue en bois de la Vierge, oeuvre datant du XVè siècle.

Son autel principal en marbre blanc est surmonté d'un rétable en bois doré polychrome (1664), encadré de deux colonnes entres lesquelles s'ouvre une niche avec coquille renfermant la statue vénérée qu'entourent six médaillons représentant les principaux mystères de la Mère de Dieu.

Un second autel, contre le mur de gauche, est dédié à Saint Etienne.

Contre la façade et sur consoles se détachent deux statues monumentales : à gauche, Saint Etienne, oeuvre du sculpteur PORTANIER, à droite, Saint Bruno, œuvre du chartreux Don Alphonse. C'est à ce dernier que nous devons aussi la statue de la Vierge qui, placée sur le pinacle, à l'aplomb de la porte, semble veiller sur toute la plaine.

Coordonnées

Mairie de La Roquebrussanne
31 Av. Georges Clémenceau
83136 La Roquebrussanne

Tél : 04 94 37 00 90

Horaires et contact

Identification